Récap’ SNL S42E18 – Jimmy Fallon / Harry Styles

7

Pour la première fois de son histoire, Saturday Night Live était diffusé en live partout aux USA, de la côte ouest à la côte est, en s’offrant même un détour par le Canada. Auparavant, l’émission était diffusée en live sur la côte est (logique, puisque le show est filmé à New York, pour les plus distraits) et ensuite rediffusée pour la côte ouest, avec de temps en temps quelques modifications (des insultes bipées et des sketchs ratés remplacés par des sketchs tirés des répétitions).

Et qui de mieux pour célébrer ce changement que… Jimmy Fallon ? Meh. Ok, pourquoi pas. L’ex-cast member est toujours apprécié du public et quand il s’agit de faire le show, qu’on l’aime ou pas, Jimmy est toujours là pour assurer. Ceci dit, après visionnage de ce 18e épisode, n’a t-il pas un peu trop assuré, au point d’étouffer le reste du cast par sa présence ? La réponse ci-dessous, sketch par sketch (et pour les plus flemmards : la réponse est oui).

Donald Trump Cold Open


La routine qui s’est installée bien trop rapidement autour de la parodie de Donald Trump continue son chemin, sans surprises. On y retrouve Alec Baldwin, cabotinant de plus en plus. Ainsi qu’un récapitulatif des dernières gaffes du président. Rien de neuf sous le soleil, donc.

Il y a bien quelques répliques qui font mouche (« It’ll be over by monday ») et une excellente version de Jared Kushner par Jimmy Fallon (même si ça fait un membre du casting écarté de plus). Mais cela ne suffit plus pour surprendre.

Monologue


Il y a des monologues réussis (looking at you, Lin-Manuel) et des monologues ratés (looking at you… euh… beaucoup trop de gens en fait). Et il y a ce monologue festif, bien foutu et qui, même s’il ne comporte aucune vanne, met dans l’ambiance.

Personnellement, je préfère cent fois ce choix à un monologue douteux qui plombe l’ambiance. Oui, ce n’est pas drôle. Mais peu importe. Fallon chante bien, le vrai-faux public qui se lève est visuellement cool. Et y’a même Harry Styles.

Et dire qu’en France, pour obtenir ce résultat, il faudrait 5 mois de travail…

Celebrity Family Feud
Time Travel Edition


Après le cold open (où l’invité n’apparait que très rarement) et le monologue, Fallon continue le Jimmy Show avec rien de moins que deux imitations combinées autour d’un concept branlant, à savoir un Family Feud qui joue avec le voyage dans le temps.

Fallon y interprète John Travolta, période 1977 et période 2017. Et comme il adore le faire dans son Tonight Show, il passe rapidement d’un personnage à l’autre, enfilant les vêtements et les perruques aussi vite que possible. L’idée n’est rien de plus qu’un gimmick, mais le résultat fonctionne plutôt bien.

Bien mieux que le Mick Jagger d’Harry Styles, tout en grimaces, ou la Gwen Stefani de Melissa Villaseñor (sera-t-elle présente pour la saison 43 ? J’en doute fort).

Pour le reste, on navigue en terrain connu et on retiendra l’excellente imitation de Kristen Stewart par Kate McKinnon, qui ajoute donc une 572e corde à son arc.

Before the Show


Première pause Fallon avec une vidéo un poil trop longue sur un spectacle d’enfants où la même blague est répétée jusqu’à l’usure. Une fois de plus, Aidy Bryant et Vanessa Bayer sauvent le tout.

Take Me Back


Simple. Efficace. Surprenant. Pile dans l’actu. Mais surtout court et avec une fin. C’est tellement rare que je me dois de le préciser.

Easter Message from Sean Spicer


Deuxième pause Fallon. J’adore Melissa McCarthy, mais son imitation de Sean Spicer s’est essoufflée plus vite que le Trump de Baldwin. La faute à des scénaristes se reposant sur leurs lauriers et utilisant les mêmes ficelles : elle crie, elle se trompe (« concentration clubs »), elle explique un concept avec des jouets puis s’en va sur un véhicule toujours plus ridicule.

Le public n’a pas non plus vraiment accroché, la faute sans doute au duplex mis en place pour l’occasion. Melissa McCarthy était en effet en live, mais depuis Los Angeles et non pas New York.

Weekend Update


Colin Jost a enchainé quelques bonnes vannes. Comme quoi, tout arrive. Il a été bon sur Fox News et l’affaire Bill O’Reilly, sur le système immunitaire de Trump et sur l’affaire United Airlines (« Don’t even look at us »).


Malheureusement, les efforts de Jost étaient plombés par cette fraude de Michael Che qui continue de se foutre complètement du poste qu’il occupe. Mais qui continue de profiter de la venue de bons personnages récurrents, comme le sont Jacob The Bar Mitzvah Boy et le standupper raté Bruce Chandling.



Les personnages de Vanessa Bayer et Kyle Mooney n’ont pas donné leur meilleur, mais ça reste toujours bienvenu.

Civil War Soldiers


Troisème fois que Jimmy Fallon pousse la chansonnette, avec cette fois-ci une chanson inventée de toute pièce, mais qui conviendrait très bien au One Direction. Et en parlant du boys band, ce sketch marque la troisième apparition de l’ex 1D Harry Styles. Alors c’est cool hein, on l’aime bien Harry Styles. Mais pendant ce temps, t’as un casting qui attend en coulisses…

Turtle Shirt


Une chemise qui permet de te cacher. Techniquement c’est plutôt bien réalisé. Mais en tant que sketch, quelque chose a dû m’échapper.

Sully & Denise


Je n’ai jamais compris ni aimé ces personnages créés par Tina Fey et Rachel Dratch. Et je ne vais pas commencer en 2017. C’était long. Pas très drôle. Et une fois de plus, ça manquait cruellement de membres du cast.

Basketball Scene


Un 10-to-One filmé, c’est rare. Mais il faut bien reconnaitre que visuellement, Fallon et Mikey Day ont tout donné et c’était vraiment très drôle.

Voilà donc pour un SNL sur rails, avec un Fallon pas mauvais, mais beaucoup trop présent. Rendez-vous le 6 mai pour les trois derniers numéros, avec Chris Pine, Melissa McCarthy et Dwayne Johnson.

S42E18 - Jimmy Fallon / Harry Styles
Fallon n'a pas rigolé une seule fois !
Colin Jost remonte la pente, petit à petit
Kristen Stewart par Kate McKinnon
Meilleur sketch : Take Me Back
Jimmy Fallon était partout
Quelques sketchs vraiment oubliables
Où est le casting ?
La fatigue autour du traitement de Trump et son administration
MICHAEL CHE
7