L’interminable quart d’heure américain : 25 ans de formats américains à la française – 3e partie

Toute cette semaine, Guillaume Brindon revient sur les tentatives d’adaptations de formats américains sur les chaînes françaises. Aujourd’hui, place à la 3e adaptation du SNL, et un projet un peu… fou. Pour les retardataires, voici la première partie et la deuxième.

 

ON VOUS AURA PRÉVENUS !


TF1 – 2001

À l’exact opposé de la réussite de La Grosse Émission, qui a su marquer les esprits et perdurer, on trouve « On Vous Aura Prévenus ! », dont personne ne se souvient et qui s’est vu éjecté en 4e vitesse. Encore un talk show de deuxième partie de soirée, mais présenté par… Jean-Pierre Foucault ! Si on peut se demander ce qu’il fout là, le choix n’est pourtant pas dénué de sens : il est connu et apprécié du public, son nom est une vraie marque pour la télé française, comme ses confrères américains, et il a un sens de l’humour plutôt bien présent. Problème : Jean-Pierre Foucault, c’est le monsieur gentil de la télé.

Personne ne l’imagine pratiquer de l’humour grinçant à l’image de Jay Leno ou David Letterman à l’époque, ou même de l’absurde comme Conan O’Brien. C’était en quelques sorte le Jimmy Fallon de l’époque. Les seules blagues présentes tournent autour du fait que la boulangère lui demande si « c’est son dernier » mot comme dans Qui Veut Gagner des Millions ? Hihihi ! Du coup le public ne comprend pas. Les connaisseurs de late show se demandent ce que c’est que ce truc, tandis que les habitués de Sacrée Soirée et des élections de Miss France ne s’y retrouvent clairement pas. L’émission est déprogrammée au bout de 4 numéros. N’espérez pas trouver des extraits de l’émission, ils sont probablement enterrés dans le désert avec les cartouches du jeu E.T.

 

SAMEDI SOIR EN DIRECT


CANAL+ – 2003

À la rentrée 2003, méga surprise, Canal annonce le retour d’une émission reprenant l’esprit de « Les Nuls l’Émission », avec Kad et Olivier dans la partie. Produite par Arthur et Dominique Farrugia (encore lui), intitulée « Samedi Soir en Direct », l’émission indique clairement ses intentions et son inspiration. Inspiration ? Oui, car il ne s’agit pas là d’une adaptation officielle. C’est même d’ailleurs à se demander comment une telle entreprise a pu voir le jour, puisqu’elle reprend l’exacte recette, jusque dans le nom traduit littéralement (là où Les Nuls pouvaient se planquer derrière leur marque de fabrique et leur identité), de l’émission dont elle s’inspire, et que Lorne Michaels ne doit pas donner les bons points aussi facilement.

Toujours est-il qu’à ce jour, c’est sans doute l’adaptation la moins foirée, et qui se rapproche le plus de son concept d’origine. Excepté le Weekend Update, tout y est à l’identique : le jour de diffusion, le décor, le monologue d’intro, l’invité musical, les sketchs en direct et enregistrés… la formule est quasi identique et plutôt bien adaptée, le tout sans faire cheap. Il y a même une troupe régulière constituée de Kad & O, Jonathan Lambert, Ludivine Laveine, Virginie Carliari et Karine Ambrosio. Puisque l’Histoire est un éternel recommencement, la première est présentée par un certain Gad Elmaleh

Et avouons-le, ça fonctionne plutôt bien.L’émission évite les parodies trop évidentes, et propose des sketchs plutôt bien écrits. Bien sûr, en musique, on n’aura pas droit à Kanye West, mais plutôt à Florent Pagny. Sans pour autant être honteuse, la qualité n’est pas aussi mémorable pour les numéros suivants (emmenés respectivement par Valérie Lemercier, Eric et Ramzy et Michael Youn). De toute façon, l’émission n’aura pas le temps de prouver qu’elle en a encore sous le capot, Canal lui coupe la chique au bout de 4 numéros. Raison : « C’est trop cher ». Car oui, une telle infrastructure ne demande pas des coûts habituels, et on a semblé l’oublier une fois encore. On verra par la suite que ça ne sera pas la dernière.

 

Rendez-vous demain pour la suite, avec notamment du Daily Show à la française. Mais sans Kevin Razy.

– Guillaume Brindon (@MVCDLM)