Pourquoi le SNL français va fonctionner / se planter 

Ce jeudi soir, M6 diffusera son Saturday Night Live, avec à sa tête un Gad Elmaleh qui ne touche plus le sol après son aventure américaine et le casse du siècle qu’il a réalisé avec Kev Adams (diffusé sur M6 sous le doux titre prémonitoire de Tout Est Possible).

https://www.youtube.com/watch?v=jmjFrnLiokU

On le sait, quand elles ne copient pas tout simplement les Américains (coucou Arthur, qui plagiait Craig Ferguson sans aucune honte), les chaînes françaises aiment s’inspirer de concepts venus d’outre-Atlantique. Plus particulièrement du Saturday Night Live de NBC et du concept plus général des « Late Show » (les guillemets s’imposent, le terme étant utilisé à tort et à travers). Mais malgré de nombreuses tentatives, le nombre de greffes réussies sur le public français frôle le zéro. Bon, vu qu’on commence une nouvelle année, j’essaye d’être sympa, car on sait tous que le vrai chiffre est carrément de zéro. Et ce ne sont pas les audiences d’Hanounight qui me contrediront.

Alors après Samedi Soir en Direct et Le Débarquement, deux adaptations plus ou moins fidèles et non officielles du show créé il y a 42 ans par Lorne Michaels, M6 va-t-elle droit dans le mur avec sa version du SNL du jeudi soir ? C’est ce qu’on va essayer de déterminer en trois points, et en laissant notre mauvaise foi de côté (comme ne pas aborder le sujet des Nuls par exemple, parce que sinon je m’énerve).

Il s’agit d’une adaptation officielle

La France n’est pas le premier pays à adapter officiellement le Saturday Night Live. La Corée, l’Espagne, l’Italie, le Québec et le Japon s’y sont tous essayés, avec plus ou moins de succès. L’avantage principal de cette reconnaissance de la part de NBC et Broadway Video (la société de production de Lorne Michaels), c’est la possibilité d’intégrer, le temps d’une semaine, les équipes du SNL original afin d’assister à la préparation d’une émission. Les équipes de M6 (dont les producteurs Renaud Le Van Kim et Guillaume Lacroix) ont donc pu visiter les couloirs du 8e et 17e étage du célèbre 30 Rockefeller Plaza à New York et constater le travail énorme que demande une simple émission. De l’écriture aux répétitions, en passant par les décors, les costumes, le maquillage, et les soucis de timing et de rythme qu’impose le direct.

L’autre avantage, c’est de pouvoir piocher dans l’immense catalogue de sketchs afin de les adapter et ainsi combler quelques minutes d’antenne, surtout quand on n’a pas beaucoup d’auteurs, comme ça sera le cas sur M6 (trois noms ont été annoncés jusqu’ici, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Christophe Duthuron). À en croire le communiqué de presse, le Saturday Night Live de Gad Elmaleh alternera les parodies évidentes (dont Le Meilleur Pâtissier et Une Ambition Intime, deux émissions de M6) et des adaptations de sketchs américains (je croise les doigts pour une version française de « Ma bite dans une boite »). Même si annoncer les sketchs à l’avance me parait étrange et loin de l’esprit du show, qui tient absolument à être fabriqué de toute pièce en une semaine, on peut reconnaitre la lucidité des équipes de M6, qui n’essayent pas de rivaliser avec le nombre d’auteurs de la version de NBC (25 auteurs + 3 head writers à ce jour). Adapter du matériel déjà existant a parfois du bon. Et toutes les versions étrangères du show y ont eu recours. Rien d’anormal, bien au contraire.

Par contre, loin de moi l’idée de vouloir porter malheur à cette version française, mais actuellement, seule la version Coréenne est toujours diffusée…

Le casting

L’idée fondatrice du Saturday Night Live, celle sortie tout droit de la tête de Lorne Michaels en 1975, c’était de mettre en avant de nouveaux talents, en leur offrant un espace de liberté et de créativité dans une case qui à l’époque servait de cimetière aux nombreuses rediffusions du Tonight Show de Johnny Carson. Ce casting aujourd’hui considéré à juste titre comme génial (John Belushi, Gilda Radner, Bill Murray, Chevy Chase et j’en passe…) était à l’époque affublé du surnom de « Not Ready for Primetime ». Tout est dit.

Alors on peut se moquer (moi le premier) des choix effectués par M6 pour cette adaptation, qu’il s’agisse du jour de diffusion, des précédentes œuvres signées des auteurs, ou du côté événementiel du programme. Mais s’il y a bien une erreur fondamentale à souligner, c’est l’absence totale d’une troupe fixe. Et même si rien ne dit que la troupe sélectionnée par M6 ne comptera pas quelques intervenants réguliers, il n’en reste pas moins qu’aucun d’entre eux n’est réellement inconnu du grand public. Et qui dit personnalité plus ou moins connue, dit un à priori du public (qu’il soit positif ou négatif, peu importe).

Toujours selon le communiqué de presse, Gad Elmaleh pourra compter sur la présence de Jamel Debbouze, Kev Adams, Ahmed Sylla, Arié Elmaleh, Malik Bentalha, Marc-Antoine Le Bret, Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali, Julien Arruti, Charlotte Gabris, Vincent Desagnat et Fatsah Bouyahmed.

Sans prendre en compte le talent (ou absence de) de cette troupe, il est indéniable que ces noms puent la consanguinité. Autrement dit des potes qui ont déjà travaillé ensemble (que ce soit sur Canal ou dans les films de Philippe Lacheau, entre autres) et qui se font un kif entre eux, laissant les spectateurs tout en bas de leur liste des priorités.

« Mais Anthony, t’avais dit pas de mauvaise foi, pourquoi tu dis ça, t’en sais rien l’émission ne sera diffusée que jeudi soir ». Mouais. C’est vrai. Mais il y a, malheureusement pour M6, des antécédents dans ce domaine. Si je vous dis Le Débarquement. Et si je vous dis « la bande de Jean Dujardin et Gilles Lellouche », vous voyez très bien où je veux en venir. Et accessoirement vous ne pouvez pas me citer un vrai bon sketch tiré de ces deux prime times, qui, comme aimait le répéter la presse à l’époque, ont coûté une blinde. Bah ouais coco, une équipe d’une centaine de personnes qui travaille d’arrache-pied pendant des jours, ça coûte un pont.

Si on poursuit notre raisonnement, on peut lier la production (dont Renaud Le Van Kim et Guillaume Lacroix) et les trois auteurs du SNL de M6 à ces deux primes événementiels diffusés en 2013 sur Canal +. Lacroix a beau répéter que son SNL français sera plus centré sur l’actualité et la politique que Le Débarquement, il reste difficile d’espérer qu’une même équipe puisse apprendre si vite de ses erreurs. Citytrip tout frais payés à New York ou pas.

Que l’émission soit diffusée un jeudi. Qu’elle ne soit pas diffusée en troisième partie de soirée. Ou qu’elle soit événementielle n’est finalement rien face à l’absence d’une troupe de jeunes talents inconnus. Il aurait simplement fallu que M6 écume les comedy club ou même YouTube pour trouver ces dit talents, plutôt que de se reposer sur une troupe qui ressemble au casting B d’un Vendredi Tout Est Permis d’Arthur (encore lui).

Gad Elmaleh

2016 fut l’année où Gad Elmaleh a enterré tous nos doutes sur la question « Gad est-il capable du pire comme du meilleur ? ». À gros coup de pelle, Elmaleh a répondu à cette question avec un OUI retentissant. Ou Yes, comme on dit aux United States, ce pays qui l’accueille tout en gardant un sourcil relevé.

Celui qui avait déjà fait les belles heures du Samedi Soir en Direct de Kad & O (qui ne se souvient pas, en bien ou en mal, de Qui Veut Gagner De L’argent En Masse ?) fournira à coup sûr un sketch ou deux à M6 qui deviendront cultes et pourront être rediffusés à l’envi dans tous les bêtisiers de la Saint-Sylvestre.

Mais au-delà de ça, comment faire confiance à un gars qui a créativement bouffé à tous les râteliers ? Un mec de sa stature est certainement intervenu dans les choix créatifs opérés par les auteurs. Et son amitié avec Jamel Debbouze ne peut sauver un show de deux heures (plus précisément de 21 h à 23 h 10). Pour faire simple, le choix de Gad Elmaleh me semble être une fausse bonne idée.

Au-delà de ces trois points, il y a évidemment beaucoup d’autres questions en suspend : quid du Weekend Update, élément essentiel repris dans d’autres pays ? Y aura-t-il un band qui illustrera la soirée par des morceaux jazzy, comme le fait le groupe mené actuellement par le saxophoniste Lenny Pickett sur NBC ? Et puisqu’on est dans le domaine musical, pourquoi aucun invité musical n’a été annoncé ? Autant de questions qui, on l’espère, trouveront une réponse ce jeudi 5 janvier.

Laissons donc une chance à ce premier numéro du Saturday Night Live français. Aussi petite soit-elle. Nous en tous les cas on sera devant M6 ce jeudi soir. Avec un live tweet sur notre compte @cnwpodcast, et un récap’ dès le lendemain sur ce site.