Adult Swim ne veut plus de la paix dans le monde

6 épisodes et puis s’en va. Il n’aura fallu seulement que 6 petits épisodes de 10 minutes à la troupe de Million Dollar Extreme pour foutre un merdier pas possible au sein de la petite sœur de Cartoon Network. Leur sketch show « World Peace » s’est vu annulé il y a quelques semaines par la chaîne avec pertes et fracas, après seulement une saison, pourtant diffusée avec succès pendant l’été. La raison ? Adult Swim n’en n’a avancée aucune. Mais tout porte à croire que les accointances avérées de sa tête pensante, Sam Hyde, avec le mouvement « Alt-Right », doux euphémisme pour qualifier l’extrême droite américaine moderne, n’ont pas aidé. La série en est-elle pour autant un porte drapeau ? On s’est penché dessus. On n’aurait peut-être pas dû.

Million Dollar Extreme presents World Peace

Quand on pénètre dans le monde de World Peace, pas de doute, on est bien chez Adult Swim. Les habitués de Tim & Eric, de Mr Pickles ou du Eric André Show avanceront en terrain connu, tout du moins visuel et sonore : générique criard, bidouillages sonores angoissants, univers visuel peu amical… Si l’émission veut apporter la paix dans le monde c’est déjà mal barré. Le premier épisode s’ouvre sur un sportif mal en point s’injectant une drôle de substance qui le guérit, mais finit par le défigurer totalement. Jusque là, rien de bien drôle, mais pas de quoi crier au scandale non plus. Les deux autres sketchs composant l’épisode n’ont pas non plus de quoi vraiment faire dresser les cheveux sur la tête : un reportage sur une école qui veut donner leur chance aux « bullies » et un autre où des adolescentes testent des « hommes à louer ». On flirte pas mal avec le mauvais goût, mais ce ne sont après tout pas les premiers ni les derniers à le faire sur cette chaîne. On pourra en revanche noter la qualité de la réalisation, assez belle pour des sketchs de ce genre, ainsi que des idées de mise en scène assez ingénieuses. On est loin du côté « Public Access TV » de chez Tim et Eric par exemple. Preuve en est, le segment final où le groupe Chastity Belt interprète un de ses morceaux.

Rien de bien neuf, ni même d’hilarant à se mettre sous la dent jusqu’alors. Mais quelque chose cloche. Pendant toute sa durée, l’épisode commet des « erreurs de montage » assez flagrantes : jump cut injustifiés, plans qui bégayent, plans de coupes d’une micro seconde, beaucoup de floutage… Les émissions d’Adult Swim sont connues pour leurs montages très outranciers, mais il semble prendre ici une autre dimension. Et pour cause, lors des récents remous qui ont suivi l’annulation de l’émission, on apprendra que les censeurs de chez Cartoon Network ont dû se pencher sévèrement sur l’émission, afin de la rendre diffusable. Ces petits malins de MDE ont planqué des trucs inmontrables partout, donnant parfois carrément dans le subliminal, rendant plus ardue la tâche des monteurs. Mais nous y reviendrons. En attendant, cet épisode semble souffrir des cicatrices de cette chasse aux images cachées. Une mission quasi réussie, mais qui n’explique pas d’autres choses…

Million Dollar Extreme presents World Peace

Les choses deviennent un peu plus sérieuses au second épisode mettant en scène une sorte de « Tournez manège » tout droit sorti des enfers. Présenté par deux personnages handicapés lourds, les candidates (dont l’un des membres de MDE grimé en femme), viennent trouver l’amour et accessoirement subir les remarques sexistes des deux présentateurs. Fil rouge de l’épisode, le sketch ne connaît même pas de véritable fin. Mais là où l’émission commence à nous faire lever le sourcil, c’est quand elle est coupée en plein milieu par un skit où, dans un univers coloré, et entourés d’adultes déguisés, des enfants entonnent un joyeux « Jews Rock ! ». Les animaux présents sur le plateau leur répondent d’un « I love Jews ! » tout aussi enjoué. Le sketch est entrecoupé de plans sur des producteurs et exécutifs d’Adult Swim qui n’ont pas trop l’air de prêter attention à ce qu’il se passe autour d’eux. Et c’est peut-être bien là un des pièges qu’ont tendus nos trois lascars à la chaîne.

Troisième épisode, et là, les vrais problèmes commencent, puisque le sketch s’ouvre par… une blackface. Dans la première partie de ce sketch fil rouge, où une jeune fille rompt avec ses 3 copains successifs, Sam Hyde interprète le petit ami afro-américain. En plus de ne se baser que sur une seule blague, celle qui consiste à dire que le personnage ne débite que des expressions complètement grotesques, la séquence s’éternise et nous donne le droit d’assister à 5 bonnes minutes d’accent Michel Leeb-esque et même de s’apercevoir que Hyde s’est mis des bouchons dans les narines pour se faire grossir le nez. Subtil.

Million Dollar Extreme presents World Peace

Sketch suivant, on nous apprend comment faire pour avoir une eau du robinet propre. Pendant que l’un des acteurs joue son numéro, expliquant que les leaders d’opinion n’ont que faire de la santé de leurs compatriotes, des images de couples gays apparaissent à l’écran avec la mention « Les leaders du Michigan protestant contre la toxicité de l’eau ». Le malaise provoqué par un tel raccourci est tellement palpable qu’on n’a presque pas besoin de lunettes 3D pour pouvoir le toucher. Pourtant, cette séquence semble avoir été diffusée telle quelle. Incompréhensible. Le sketch se termine sur le fait que la recette consiste à mettre plein de déchets dans l’eau. Next.

Million Dollar Extreme presents World Peace

Les deux derniers tableaux du sketch fil rouge se termine. Le premier prétendant de la briseuse de coeurs menace de se suicider. Le troisième, amenant la chute du sketch, règle le problème en prenant le volant de sa voiture et… la fauche avec. Tous les signaux du malaisomètre sont au rouge : racisme, homophobie et violence envers les femmes. C’est passé à la télé. Ça a été validé. Qu’est-ce qu’il s’est putain de passé ? L’épisode se conclut sur une séquence où un prof déclame son mal-être d’enseigner, et ses envies suicidaires pendant qu’un groupe punk-rock entonne un morceau. N’en jetez plus.

Passons rapidement sur le quatrième épisode, enchaînant mauvaise parodie de télé-crochet (et son message incompréhensible), séquence sur un jeune handicapé en mal d’amour se faisant conseiller en horreurs par un coach infâme, et nous ramenant sur un flash-back glauque sur les raisons de son handicap, et un sketch dont le son est tellement mal mixé qu’on ne comprend pas un traître mot de ce qui se dit. Seule chose notable de l’épisode : un des acteurs a son visage flouté sans que ça ne se soit justifié.

Cinquième épisode, déjà l’avant-dernier, mais les embûches sont encore nombreuses. Et cet épisode-là va mettre les nerfs à rude épreuve, puisqu’on recommence direct avec une séquence basée sur la violence envers les femmes. Si le sketch de la voiture peut avoir un côté cartoon par le fait de ne pas voir la victime se faire faucher (mais malgré tout rendre le message on ne peut plus clair), ici, un homme jaloux de la femme de son frère la pousse sur une table basse et lui assène un coup de bouteille en verre dans sa chute. On a à peine le temps de se remettre de la violence de la scène, et de se rendre compte que la jeune femme pisse le sang de partout que le « ressort comique » consiste à faire finalement porter le chapeau à la femme. Pause. Outre le fait qu’on passera sur le fait de vouloir faire de la violence conjugale un ressort comique, rien n’est tellement fait pour faire rire autour, qu’on peut même pas prendre ça pour une blague, si tant est encore que ça puisse en être une à la base. On assiste juste à… une scène de violence conjugale. Pas de message derrière, pas de subtilité à faire passer. On vient juste d’assister à une femme qui se fait tabasser. Avec aucune aide des personnes autour en supplément. L’émission aurait mérité un refus net et clair uniquement pour cette séquence, mais là encore, c’est passé tel quel. L’ouverture marque tellement au fer rouge que la suite passe par une oreille pour en ressortir par l’autre. Skit sur un mauvais body-builder, et une séquence où Mark Zuckerberg se fait assassiner parce que les réseaux sociaux c’est le mal (littéralement). Seule chose à retenir de tout ce merdier, une séquence finale malgré tout assez belle en la présence de ce fou de John Maus. Mais on n’a qu’une envie, que tout cela finisse au plus vite. Ça tombe bien, il ne reste plus qu’un épisode, sur lequel je ne m’attarderai même pas, tellement il ne présente que peu d’intérêt, et surtout parce que je n’en ai plus envie.

Par ailleurs, on peut trouver sur YouTube la version non censurée de ce fameux cinquième épisode (qui s’agit en réalité du pilote tourné pour Adult swim). Et l’on peut constater où les censures ont été opérées, témoignant de l’important travail de retouche de la série. Notamment sur le logo principal de l’émission, qui se voit agrémenté d’un symbole étrange. Ce logo n’est autre qu’un symbole créé par le tueur d’Aurora, qui tua 12 personnes et blessé 58 autres dans un cinéma du Colorado en 2012. Les gars de MDE s’étant amusés à en coller partout, les monteurs de chez Adult Swim les ont remplacés par le symbole de la Paix (évidemment), ou bien par un énorme logo sur placard rouge quand celui-ci était difficile à cacher.

Beaucoup des supporters de MDE reprocheront d’ailleurs cette censure, là où Eric André affichait des svastikas dans son show. Encore fallait-il comparer les contextes…

Joueurs, ces cinglés de MDE ne s’en sont pas arrêtés là. Durant le générique de ce même épisode, on peut brièvement voir un étrange texte lumineux à l’origine incertaine apparaître dans le fond. L’intégralité a été retranscrit par des fans sur Reddit. À l’antenne, ce texte a disparu, masqué par un énorme cache noir.

Prévoyants, Hyde Carroll et Rochefort ont même laissé de manière subliminale des consignes en cas d’annulation de l’émission. La raison de cette coupe ? Il s’agit d’un appel au suicide.

Ultime changement opéré au sein de cet épisode, le sketch final a vu sa bande-son changer. Mettant en scène un homme à la vie ruinée par 20 ans de prison à tort, ce dernier est accueilli à sa sortie par John Maus, chanteur expérimental qui lui interprète un de ses morceaux, « Cop Killer ». La chaine craignant un message peu reluisant et une mauvaise interprétation, le morceau s’est vu remplacé par un autre de John Maus « Hey Moon », reprise de Molly Nilsson qu’il interprète avec cette dernière.

Par ailleurs, cette dernière, ainsi que tous les autres groupes apparaissant dans l’émission (Chastity Belt, Ovlov, 3Teeth…) ne connaissaient pas du tout la troupe de Hyde, et ne savaient absolument pas où ils mettaient les pieds avant d’avoir eu vent de cette controverse, les forçant chacun à publier un communiqué afin d’expliquer clairement leur position.

Un travail conséquent de refonte des épisodes donc, qui peut s’apercevoir dans tous les épisodes, où l’habillage s’avère bardé de grossières bandes dissimulant diverses choses dont on ne saura jamais la teneur.

En revanche, il est plus surprenant de laisser passer, outre les choses citées plus haut, un sketch mettant en scène des enfants et ce qui semble ressembler à un symbole nazi géant en guise de décor. Si on peut y voir le symbole de la paix à l’envers, au vu des antécédents des lascars, on peut tout aussi bien y voir le symbole de la rune de vie, très apprécié des mouvements Néo-Nazis. Sans compter que la séquence en question est le fameux « Jews Rock » dont je parlais plus haut.

Il se dit qu’avant même sa diffusion, « World Peace » était loin de faire l’unanimité au sein de la chaîne. Quand on voit le résultat, on comprend mieux pourquoi, et c’est à se demander comment certaines séquences ont pu être validées, malgré un exercice de censure assez conséquent de la part d’Adult swim. Il faut dire que Million Dollar Extreme n’est pas connu aux États Unis pour donner dans la finesse. Mené par Charls Carroll, Nick Rochefort, et le sulfureux Sam Hyde, le trio aime donner dans la pure provocation. Quand on arrive sur leur site, on est accueilli par un curseur en forme de viseur pointé sur la tête d’Obama, tandis que les crédits mentionnent que le groupe est produit par une société nommée « Jewish Goldstein Production ». Charmant. Un petit tour sur leur chaîne YouTube, et l’on tombe nez à nez avec divers canulars et performances de mauvais goût filmées avec des caméras bas de gamme comme la fois où ils sont allés, en plein essor du  mouvement « Black Lives Matter », à l’université de Yale en brandissant des pancartes « All Lives Matters » et « No More Dead Black Children ». Ça donne déjà une idée de l’état d’esprit.

Le petit groupe a connu un gain de popularité il y a 3 ans, lorsque Sam Hyde a donné une conférence-canular lors d’une édition de TEDx intitulée « 2070 Paradigm Shift ». Habillé en centurion Romain et se présentant comme un journaliste, Hyde y donne un discours abscons où il raconte comment il a distribué des Ipads avec Elon Musk en Afrique, ou bien décrivait un futur où les homosexuels seraient capables de procréer. L’assistance a accueilli cette étrange conférence avec quelques rires gênés. Hyde est également connu pour une performance de stand-up plutôt radicale où il s’adonne à 20 minutes de blagues purement homophobes.

Durant cette vidéo, on peut nettement voir le public quitter la salle au fur et à mesure. Lors d’une récente interview accordée au Hollywood Reporter, Hyde expliquera qu’il s’agissait là de tester les nerfs du public…

Dès lors, il est tout de même assez curieux que des gens au sein d’Adult swim aient eu ne serait-ce que même l’idée de proposer une émission à ces 3 furieux. De ce que l’on en voit, c’est un peu comme si Canal avait voulu confier une émission au Raptor Dissident et à Alain Soral. Si Hyde se défend de véhiculer quelconque haine au sein de sa comédie, le résultat permet d’en douter. D’autant plus que Hyde n’est pas avare en commentaires virulents sur ses pages personnelles, traitant Lena Dunham de « grosse truie », n’hésite pas à aller pourrir des meetings du Clan Clinton, et poster d’autres joyeusetés conspirationnistes, points que Buzzfeed News a soulignés en pleine diffusion de la série.

Cet article a d’ailleurs mis en lumière le malaise qu’a soulevé MDE : World Peace au sein de la chaîne, et a commencé à soulever des questions. Se défendant toujours de toute haine ou de toute accointance avec des mouvements extrémistes, Buzzfeed révélera quelques semaines plus tard que des groupuscules néonazis faisaient allègrement la promotion de l’émission par leurs fanzines et divers tracts. La chaîne s’est défendue de tout lien, tandis que Hyde ne fait pas vraiment de commentaires sur le sujet. L’article mentionne pourtant le fait que Hyde a déjà rencontré certains de ces « bienfaiteurs ». Défendant pourtant ses poulains lors des premières vagues, le vernis commence à craquer chez Adult Swim, et certaines figures de la chaîne réclament la tête de la troupe comme Tim Heidecker ou Zandy Hartig. D’autres franchissent un autre cap comme Brett Gelman (Eagleheart), qui décide de ne plus se produire dans une seule émission de la chaîne et de prendre part à son boycott.

Tweet Brett Gelman

Évidemment, c’en est trop pour la chaîne préférée des stoners, qui malgré tout reste sous la houlette d’un gros groupe média (le groupe Turner qui possède, entre autres, CNN, TBS et sa grande sœur, Cartoon Network), et décidera finalement de jeter l’éponge en ce mois de décembre. Aucune raison officielle n’a pourtant été avancée, d’autant plus que l’émission a plutôt bien marché lors de sa diffusion (plus d’un million de téléspectateurs au-delà de minuit. C’est presque autant que pour l’émission de Cyril Hanouna!). Il ne fait pourtant quasiment aucun doute que le parfum de scandale de plus en plus odorant autour du show a joué en sa défaveur. Cela ne fait d’ailleurs aucun doute pour Hyde, qui y voit là la victoire du politiquement correct, alors que les dirigeants de Adult Swim étaient prêts à lui acheter une seconde saison à l’aveugle et à tourner « plus d’une centaine d’épisodes ».

Les fans de MDE, eux, l’ont bien évidemment mauvaise, et l’expriment de la manière la plus subtile dont on pouvait s’attendre, et les commentaires douteux fleurissent accusant bien évidemment la chaîne d’être aux mains des sionistes et de quelconques lobbys en tous genres (gays et Juifs de préférence), allant même remplacer les crochets du fameux logo de la chaîne par les 3 parenthèses, signe de reconnaissance des mouvements d’extrême droite américaine pour signifier l’appartenance de quelqu’un à la religion Juive. Hyde, quant à lui, a récemment déclaré sur son compte twitter que la chaîne se faisait harceler par les fans de l’émission. Pour une fois, on le croit volontiers.

Tweet Sam Hyde

Il n’est donc pas bien difficile de comprendre le parfum de scandale et l’emballement médiatique autour de tout cela. Outre le passé sulfureux de Sam Hyde et sa bande, de leurs exploits discutables, de leurs accointances avec des milieux extrémistes, la principale question à se poser est, comment est-ce que de telles personnes ont pu ne serait-ce qu’avoir l’occasion de tourner un pilote. Si l’esthétique pouvait amplement séduire, le contenu ne laissait que peu de doutes quant à leurs intentions. Cela peut mieux se comprendre quand on sait que Mike Lazzo, le dirigeant de la chaîne, s’est fait surprendre à des commentaires sexistes (l’autre raison qui poussa Brett Gelman à partir). Mais est-ce suffisant, car il n’est certainement pas le seul à avoir donné son feu vert. Et si World Peace n’est pas vraiment une raison qui pousserait à voter Donald Trump ou faire un salut nazi, il contient suffisamment de contenu douteux qui en font un programme vraiment pas drôle, consternant et qui ne mérite pas sa place. Même quand on est défoncés.

Guillaume Brindon (@MVCDLM)